Vague de sextorsion auprès des jeunes canadiens sur les médias sociaux, quoi faire?

Le Centre canadien de protection de l’enfance a émis un avertissement via son site cyberaide.ca concernant une vague importante de sextorsion. Celle-ci s’effectue sur les réseaux sociaux, alors que les visages des jeunes sont superposés à des images de gens nues avec la technique de "deepfake". Une rançon est alors demandée aux jeunes pour que ces clichés ne soient pas partagés.

Cyberaide.ca, un site web appartenant au Centre canadien de protection de l’enfance, a lancé un avertissement concernant une vague importante de sextorsion auprès des jeunes sur les réseaux sociaux.

Ces derniers expliquent avoir reçu plusieurs signalements de la part de parents concernant cette nouvelle tactique inquiétante.

Les détails de cette nouvelle technique de sextorsion

Quelle est donc cette nouvelle technique de sextorsion? Bien, les sextorqueurs prennent les visages des jeunes via un appel vidéo sur les réseaux sociaux et les superposent à du contenu obscène à caractère pornographique.

C’est ce qu’on appelle dans le jargon l'hypertrucage ou le "deepfake". Une technique qui fait des ravages en créant de fausses vidéos qui semblent véridiques.

Dans le cas présent, les sextorqueurs demandent ensuite aux jeunes de leur envoyer de l’argent ou des cartes-cadeaux, sinon ils les menacent d’envoyer les vidéos ou les photos à leurs amis ou leurs familles.

Les sextorqueurs peuvent par ailleurs aller jusqu’à suivre les proches et amis des jeunes sur Facebook ou Instagram pour illustrer leur capacité de mettre leurs menaces à exécution.

Ils vont même aller jusqu’à créer des comptes sur les réseaux sociaux sous le nom de leurs victimes ou des noms similaires pour partager les vidéos ou les photos.

Ces derniers peuvent utiliser des filtres offerts par les réseaux pour paraître plus jeunes.

Cyberaide.ca mentionne avoir reçu des signalements de ces tactiques sur les plateformes:

  • Facebook
  • Instagram
  • Snapchat
  • Google Hangouts
  • Skype
  • Omegle
  • Line App

Comment protéger les jeunes de la sextorision

La prévention est toujours la clé dans ce genre de situation. Il est important de rappeler à nos jeunes qu’il ne faut pas répondre à des appels vidéo en provenance de personnes inconnues.

S’ils le font par erreur, évidemment il faut se déconnecter rapidement.

Masquer sa caméra via un post-it ou un dispositif fait pour masquer la webcam peut également restreindre les risques.

Enfin, en tant que parent, on peut également se munir d’un contrôle parental pour vérifier les activités sur les appareils de nos enfants.

Dans un cas où notre enfant tomberait malheureusement dans le piège, il faut:

  1. Signaler la situation à cyberaide.ca et/ou la police
  2. Couper la communication et fermer les sessions sur les réseaux sociaux en question
  3. Ne pas céder aux menaces des sextorqueurs
  4. Conservez les conversations (nom d’utilisateur, pseudonyme, adresse courriel, plateforme utilisée, etc.)

Protégez-vous des arnaques et fraudes sur le web grâce à fraudeweb.com

Logiciels de sécurité

Ce VPN fait bien plus que protéger notre connexion internet

Économisez

Les rabais de François: promotions et offres technos de la semaine