Une enquête révèle que Facebook scrute tout le contenu des liens partagés sur Messenger et Instagram

Des développeurs d’applications ont révélé que Facebook télécharge l’entièreté des contenus d’un lien que l’on partage sur Messenger et Instagram. Les données collectées seraient vraisemblablement utilisées pour du ciblage publicitaire. Seulement, cela met à risque des informations sensibles.

Facebook et la vie privée ne font pas bon ménage, alors que l’entreprise californienne n’en est pas à ces premières réprimandes à ce sujet.

Si vous utilisez Messenger et la messagerie directe d’Instagram (qui est rendu Messenger justement), vous ne serez certainement pas rassurée d’apprendre que Facebook scrute tout le contenu des liens que vous y partagez.

C’est en effet ce qu’ont dévoilé Tommy Mysk et Talal Haj Bakry, deux développeurs d’applications, dans un rapport sur les agissements de Facebook.

Ceux-ci dévoilent que Facebook télécharge l’entièreté du contenu d’un lien partagé sur Messenger et Instagram.

Pourquoi Facebook fait-il cela?

La raison officielle de Facebook c'est que c'est pour pouvoir offrir une prévisualision du contenu dans le lien afin d’éviter des arnaques et virus.

Officieusement, on ne connaîtra jamais la vraie utilisation, mais tout porte à croire que c’est pour récolter des données à des fins de ciblage publicitaire.

Bien que Facebook nie cette dernière raison, ces récents agissements en Europe laissent croire le contraire.

Des informations sensibles possiblement entre les mains de Facebook

Il n’est pas rare de partager des hyperliens via Messenger et Instagram. Bien que certains peuvent être inoffensifs comme une vidéo ou un article qu’on a trouvé intéressant, d’autres peuvent être très sensibles.

Si l’on a envoyé des contrats, des factures, des informations médicales ou des liens contenant des données confidentielles, toutes ces informations sont entre les mains de Facebook.

Comme le démontraient Tommy Mysk et Talal Haj Bakry dans cette vidéo, Facebook télécharge vraiment tout le contenu des hyperliens.

Facebook n’a pas nié télécharger le contenu des liens, mais se défend en disant qu’il n’enregistre pas pour autant le contenu.

Seulement, une mise à jour de Messenger en Europe laisse croire le contraire.

L’Europe ayant des règles plus strictes en matière de collecte de données personnelles, voilà que Facebook a décidé de retirer, au début du mois de février 2021, la prévisualisation des hyperliens sur le Vieux Continent.

Pourquoi? Les Européens n’ont pas le droit d’être protégés contre des arnaques eux aussi si telle est la vraie raison de cette collecte d’information pour la prévisualisation?

Comme le soulignent Tommy Mysk et Talal Haj Bakry dans leur second rapport, cette décision de Facebook en Europe démontre de façon implicite que Facebook ne se conformait pas aux règles sur le respect des données personnelles avec ces téléchargements.

Dès lors, la raison officielle de Facebook apparaît boiteuse et on peut fort s’imaginer qu’il enregistre bien le contenu des liens.

Compte tenu du modèle d’affaire de Facebook qui mise sur la publicité et la vente de données de ses utilisateurs pour vendre ces dites publicités, on peut donc s’imaginer qu’ils utilisent les données dans nos hyperliens pour du ciblage publicitaire.

Partager des liens sur des plateformes sécurisées

Cette histoire nous rappelle encore une fois qu’il faut faire attention à ce que l’on partage sur les plateformes de Facebook.

Pour des hyperliens avec des informations sensibles, il vaut donc mieux se tourner vers d’autres plateformes de communication pour les partager à nos proches.

Pour plus de sécurité, on peut utiliser une messagerie cryptée comme Signal ou bien un service de courriel crypté comme ProtonMail.

Ce service de courriels protège nos emails en cryptant nos messages

Commet faire de Signal son application de texto / SMS par défaut sur Android

Logiciels

Quel VPN choisir? Nos avis et comparatifs des meilleurs VPN

Économisez

Les rabais de François: promotions et offres technos de la semaine