Médias sociaux et enfants : quoi faire avec Facebook et MSN?

À quel âge on peut laisser son enfant avoir son profil Facebook ou utiliser MSN?

Et les enfants, ils en mettent de la pour avoir le droit de se brancher sur les réseaux sociaux!

Personne n'a la recette magique, mais assurément et les logiciels de protection parfaits n'existent pas. Les parents seront toujours le meilleur contrôle parental que l'on puisse imaginer.

Une bonne surveillance et du temps pour bien informer les enfants, plusieurs parents appliquent cette recette avec un beau succès.

Facebook à 9 ans?

Ils ont 9, 10 ou 11 ans et réclament d'aller sur Facebook? Facebook est clair, leur site est pour les 14 ans et plus!

Premièrement, on essaie d'étirer la sauce le plus longtemps possible. Même si l'enfant commence à parler de Facebook ou MSN à 9 ans, bien souvent il ne voudra réellement un profil que bien plus tard.

Mais quand le "Je veux un profil Facebook" devient LE sujet de discussion et que vous n'en pouvez plus d'en entendre parler, vous n'aurez plus le choix : flanchez! Mais pas n'importe comment.

Facebook et les enfants

Protéger notre enfant sur Facebook

On dit oui à un profil Facebook, mais à condition que vous y soyez-vous aussi comme parent. Premièrement, construisez le profil avec votre ado. Vérifié les paramètres de sécurité. C'est extrêmement important. Lisez à la chronique à ce sujet.

Paramètres de confidentialités sur Facebook

Ensuite, ayez un profil Facebook à votre nom et soyez ami avec votre enfant.

Il faut faire comprendre au jeune que Facebook est un endroit public. On ne se confie pas sur Facebook, on y échange des généralités, des banalités. Et comme papa et maman sont là, ils pourront exercer leur rôle de surveillance...

Cependant, à quel âge on choisit de ne plus être l'ami du jeune? Tout dépendra de l'enfant. Trop vieux, ça devient malsain et il verra plus cela comme de l'intrusion dans sa vie privée. Trop jeune, ça ouvre la porte à des risques de dérapage. Attendez qu'il vous en parle. Ce sera peut-être déjà là un signe de maturité...

Les conversations sur MSN

Si Facebook est une place publique... qu'en est-il de MSN?

Laisse-t-on un enfant avoir un compte MSN? Oui, mais à quelques conditions plus sévères...

MSN doit être compris comme étant privé, on y parle comme on parle au téléphone, comme si on avait cette personne-là dans la pièce avec nous.

On peut laisser l'enfant y avoir son jardin secret, mais a une condition : ne peut pas accepter n'importe qui dans son compte. En tant que parent, appliquez la même règle que vous appliquez dans la vie.

Laisseriez-vous entrer n'importe qui dans la chambre de votre enfant? Non! Alors sur MSN, ce sont de VRAIS amis... contrairement à Facebook ou tout le monde est ami...

MSN pour les enfants



Pour bien savoir ce qui se passe dans la fenêtre de clavardage, le jeune devrait vous présenter tous les amis qu'il ajoute dans son profil MSN. Ça doit être des gens que vous connaissez.

Vous lui laissez ses discussions a lui, mettez-le en confiance. Il peut échanger sans que vous n'alliez voir ce qu'il y dit (à moins de suspecter quelque chose de grave évidemment)... mais ça demeure sa zone à lui.

On ne devrait jamais laisser un enfant parler sur MSN avec quelqu'un qu'on ne connait pas. Il y a eu trop de cas où des adultes se faisaient passer pour des petits amis.

Avec MSN ou tous les autres services de messagerie, idéalement, le jeune devrait vous laisser accès à sa liste d'ami et vous demander la permission avant d'ajouter quelqu'un. Ainsi les choses sont claires, les règles sont établies et faciles à suivre.

La Webcam : oui ou non?

Quel sujet! Si on applique la règle de bien contrôler avec qui l'enfant communique sur MSN, on peut la laisser. Sinon.... bienvenue les dérapages. D'ailleurs, cela fera l'objet d'une autre chronique

Dernières restrictions : logiciel de contrôle parental

Finalement, l'utilisation d'un logiciel de contrôle parental pour gérer les heures d'utilisation et les types de sites que le jeune peut visiter en fonction de son âge est fortement recommandée.

Chronique sur les logiciels de contrôle parental