Un projet d'app pour savoir si on est entré en contact avec la Covid-19

Le gouvernement français penche sur l’idée de développer une application qui permettrait aux utilisateurs de savoir s’ils sont entrés en contact avec quelqu’un qui a contracté la Covid-19. Le projet nommé StopCovid suscite évidemment des questions au niveau du respect de la vie privée.

Tous les moyens sont-ils bons pour contrer la propagation de la Covid-19?

De nombreux États à travers le monde tentent d’utiliser la technologie pour endiguer la prolifération du coronavirus.

Google est entré dans la danse en fournissant en ligne des rapports selon les déplacements des utilisateurs Android et Google Maps.

Près de chez nous, la Sûreté du Québec n’a pas écarté l’idée d’utiliser la géolocalisation des téléphones pour voir si les règles de distanciation sociale sont respectées.

En France, on planche sur l’idée d’une application qui permettrait de nous alerter si on est entré en contact avec quelqu’un qui a contracté le virus de la Covid-19.

StopCovid application mobile téléphone

Le gouvernement français penche sur l'idée d'une application mobile au nom de projet StopCovid.

Utiliser le Bluetooth plutôt que la géolocalisation

Dans un entretien au journal Le Monde, Olivier Véran ministre de la Santé et Cédric O secrétaire d’État au numérique français ont expliqué réfléchir sur le développement d’une application pour aider à limiter la propagation du coronavirus.

Le gouvernement a décidé de lancer le projet « StopCovid » afin de développer une application qui pourrait limiter la diffusion du virus en identifiant des chaînes de transmission. L’idée serait de prévenir les personnes qui ont été en contact avec un malade testé positif, afin qu’elles se fassent tester elles-mêmes, et si besoin qu’elles soient prises en charge très tôt, ou bien qu’elles se confinent.

Plutôt que d’utiliser la géolocalisation des téléphones, l’application utiliserait le Bluetooth.

Le principe est que via le Bluetooth, l’application repèrerait les autres personnes à proximité qui ont aussi l’application et avec qui on est entré en contact pendant au moins 15 minutes.

Si l’une d’entre elles se fait par la suite diagnostiquer qu’elle a contracté le coronavirus, toutes les personnes avec qui elle est entrée en contact recevraient une alerte pour les en informer.

Ainsi après avoir reçu l’alerte, on pourrait alors se faire tester et décider de rester en confinement pour limiter les risques de propagation.

Là où la stratégie diffère de certains autres États, est que cette application serait à télécharger sur une base volontaire et demanderait donc la collaboration de tous.

Évidemment, l’idée d’une telle application ne plait pas à tous, alors que des craintes subsistent concernant le respect de la vie privée et des données personnelles.

Toujours est-il que l’Université Oxford a effectué un sondage auprès de 1010 répondants français et 80% d’entre eux ont répondu qu’ils téléchargeraient l’application sans aucun doute ou probablement.

Il sera intéressant de suivre l’évolution de ce dossier qui pourrait potentiellement faire boule de neige à travers le monde s’il y a une acceptabilité sociale.

Covid-19: La SQ pourrait géolocaliser ceux qui refusent de s'isoler

Covid-19: Google publie des rapports avec la localisation des utilisateurs

Économisez

Les rabais de François: promotions et offres technos de la semaine

Économisez

Rabais et promotions: meilleures offres de la semaine pour économiser sur les forfaits mobiles et cellulaires